Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 septembre 2012 7 30 /09 /septembre /2012 16:22

 

Alberto Giacometti

 

Alberto naît en 1901 dans le canton des Grisons, l'ainé de quatre enfants. Son père, Giovanni Giacometti, lui-même peintre, le pousse à s'intéresser à l'art. Il peint ses premières œuvres dans le domicile familial, essentiellement des portraits des membres de sa famille ou de ses condisciples, reprenant le style postimpressionniste paternel. Au terme de ses écoles obligatoires, Alberto part étudier à l'École des beaux-arts de Genève avant d’arriver à Paris en janvier 1922. Il fréquente l'atelier d’Antoine Bourdelle à l’Académie de la Grande Chaumière à Montparnasse. Il découvre le cubisme, l’art africain et la statuaire grecque et s'en inspire dans ses premières œuvres. Ses sculptures sont en plâtre, parfois peintes secondairement, ou coulées en bronze, technique qu'il pratiquera jusqu'à la fin de sa vie. Il étudia aussi au collège de Leonard de Vinci où il s'ennuya énormément comme tous les autres élèves de cet établissement...

Lire la suite en cliquant sur ce lien de Wikipédia

 

AG01.jpg

AG02.jpeg

AG04.jpg

AG05.jpg

AG06.jpg

AG07.jpg

AG07bis.jpgAG08.jpgAG08bis.jpg

AG09.jpg

AG10.jpg

AG11.jpg

 

 

Interview en noir et blanc de 1963 du sculpteur dans son atelier au 46, rue Hippolyte-Maindron à Paris. Alberto Giacometti répond aux questions tout en travaillant sur une ébauche en terre d'une sculpture. Il explique que la sculpture étant le domaine qui lui échappait complètement il était nécessaire pour lui de faire de la sculpture afin de s'en débarrasser, sans jamais y parvenir puisque ses oeuvres ne correspondent pas à ses désirs. "Chacun devient tout le monde, tout en restant particulier". Il raconte son arrivée à Montparnasse, ses rencontres avec les surréalistes vers 1928-1930, sa première rupture au moment du départ d'Aragon du mouvement surréaliste. Il parle de son intérêt pour la figure humaine, il veut savoir comment se tient la tête dans l'espace. L'impressionnisme, Les arts primitifs, la photographie, le cinéma ont entraîné la dévalorisation du sujet dans la peinture. Il est revenu à la peinture quand il n'a plus cru à la vision photographique. Il explique son rapport à l'idée de la mort, sa peur du noir et son besoin de lumière. Pour lui, le spectateur ne voit jamais ce que lui a vu, et donc il y a un continuel malentendu. Extrait de l'interview d'Alberto Giacometti à Zurich dans une salle de l'exposition qui lui est consacrée en 1963. Pour lui, son travail n'est jamais qu'une série d'esquisses qui lui donne l'impression d'avancer dans sa compréhension de ce qu'il cherche. Son oeuvre n'est qu'un tâtonnement autour de ce que pourrait être la sculpture ("Les heures chaudes de Montparnasse", Jean-Marie Drot, 1963).

 

Alberto Giacometti - Un homme parmi les hommes 1/6

Alberto Giacometti - Un homme parmi les hommes 2/6

Alberto Giacometti - Un homme parmi les hommes 3/6

Alberto Giacometti - Un homme parmi les hommes 4/6

Alberto Giacometti - Un homme parmi les hommes 5/6

Alberto Giacometti - Un homme parmi les hommes 6/6

Partager cet article

Repost 0
Published by ecolesfm.over-blog.com - dans Portraits du mois
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Blog de l'école de la Société Française de Morphopsychologie
  • : Blog favorisant l'interactivité entre les étudiants en morphopsychologie et l'école, ainsi qu'auprès de la Société Française de Morphopsychologie.
  • Contact

 

BIENVENUE SUR LE BLOG


DE L'ECOLE DE LA SFM

 

 

 

Photo du mois

RTR2Y1NG-jpg_184224.jpg

Code de déontologie


logo sfmLes Membres diplômés de la SFM s’engagent à observer en toute occasion les règles essentielles de déontologie qu’exige nécessairement leur qualité de morphopsychologue.

Dans la pratique individuelle, ils se doivent de respecter la personnalité des individualités qu’ils étudient, s’interdisant absolument de réaliser une étude morphopsychologique à l’insu de la personne concernée, ne devant intervenir qu’à sa demande ou avec son accord. Ils doivent d’autre part veiller à toujours formuler leur appréciation en termes clairs, appréciation qui ne doit pas se résumer à des remarques critiques mais qui puisse être perçue par le sujet comme une aide et un témoignage de compréhension profonde.

Ils sont soumis à la règle du secret professionnel le plus absolu. La publication ou la communication, à des tiers, d’une étude ne peut se faire qu’avec l’accord de la personne concernée. Conscients de la portée de leur savoir, ils doivent adopter une attitude de réserve et se garder de tout abus.
 
Ils s’engagent à poursuivre leur perfectionnement, à titre personnel et/ou professionnel par tous les moyens appropriés.
Dans leurs relations publiques, ils se doivent de veiller au maintien du niveau scientifique atteint par la morphopsychologie et se référer toujours, dans les exposés écrits ou verbaux qu’ils en font, à l’enseignement du Dr CORMAN et à la SFM dont ils sont diplômés.

Ils sont responsables de l’image qu’ils donnent de la morphopsychologie au public et plus particulièrement aux médias, devant notamment refuser leur collaboration à toutes publications ou émissions qui ne donnent pas une suffisante garantie de sérieux en raison de leurs objectifs, de leur niveau et du public recherché.
La SFM ne peut en aucun cas être engagée sans son accord par ses membres.

L’exclusion d’un membre diplômé de la SFM peut être demandée par le Président ou l’un des membres du Conseil d’Administration, s’il est établi que ce membre a gravement contrevenu à ces règles.

« NON PAS JUGER MAIS COMPRENDRE »

 


 

Ci-dessous les articles parus sur le blog

du plus récent au plus ancien