Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 avril 2013 1 01 /04 /avril /2013 14:38

François Sarano

Stylo et tablette à dessin en main, l'homme croque l'animal qui vient vers lui ; il le laisse approcher puis se place à ses côtés pour cheminer à son rythme. Même sur un simple écran d'ordinateur, la scène est saisissante. L'animal, c'est un requin blanc, un mastodonte de cinq mètres de long. L'homme sans peur, c'est François Sarano, docteur en océanographie, plongeur professionnel et ardent défenseur de l'océan. "Dans ces moments-là, je ressens une joie primitive, quelque chose qui vient du ventre. La relation avec le monde sauvage, elle est directe, authentique, sans calcul", raconte-t-il en regardant la vidéo.

En cette belle journée de février, cet homme des grands espaces s'est enfermé pour une séance de travail chez le réalisateur Stéphane Granzotto, avec qui il prépare depuis deux ans un documentaire, Méditerranée, royaume perdu des requins, qui devrait être diffusé à l'automne sur France 2. Aller à la rencontre des requins de Méditerranée et les immortaliser s'est révélé un défi, tant ces prédateurs se sont raréfiés au cours des dernières décennies, rançon de la surpêche et de la densification humaine sur les côtes... C'est d'ailleurs dans l'océan Pacifique qu'ont été filmées les séquences avec le requin blanc, près de l'île mexicaine de Guadalupe. Un choix stratégique.

"Il y a un siècle, sur cette île, tout avait été décimé par les pêcheurs et les chasseurs. Depuis, elle a été protégée par un statut de réserve marine et, aujourd'hui, on y recense 120 requins blancs, une densité unique au monde. Le but de notre film, c'est de montrer que, lorsqu'on laisse à la nature un espace de liberté, elle retrouve sa richesse et des grands prédateurs", justifie-t-il.


CONTEUR NÉ

Pour cet infatigable explorateur, qui plonge depuis plus de quarante ans (il a 59 ans) dans toutes les mers du globe, c'est une évidence : "On a besoin de garder à côté de nous un monde qui nous échappe, besoin de l'imprévisibilité du monde sauvage." Et il sait se faire plus lyrique encore s'agissant des requins blancs, que beaucoup voient juste comme des "mangeurs d'hommes" malgré la rareté des accidents. "Le requin blanc, c'est l'ultime prédateur, le plus mal-aimé, mais c'est une espèce rempart. Si nous parvenons à faire de la place à ce plus mal-aimé, nous en ferons à tous", espère ce militant, cofondateur de l'association Longitude 181 nature, qui a pour objectifs la protection du milieu marin et le partage équitable de ses ressources (www.longitude181.com).

Histoires de requins, mais aussi de raies manta, de baleines bleues ou à bosse... Sarano est un conteur né, intarissable et captivant. "Il a toujours un regard neuf, que ce soit sur les animaux ou sur les gens. Sa curiosité est pure et saine", assure Stéphane Granzotto.

Insatiable, l'océanographe lit des dizaines de publications chaque mois mais ne se voit pas vraiment comme un scientifique. Juste un curieux, dit-il. Son obsession du terrain remonte à loin. Au début des années 1980, pour sa thèse de doctorat en océanographie consacrée à la reproduction du merlu, Sarano frappe à la porte de pêcheurs de l'île d'Yeu. "Ils ont eu la délicatesse de m'embarquer, pendant treize marées de treize jours, remercie-t-il. Sans eux, j'aurais fait une thèse de bureau, comme tant d'autres."

Quarante ans après, il n'a rien oublié. Ni les odeurs prégnantes sur le petit bateau en bois, ni la convivialité des gens de la mer, ni le nom du patron pêcheur,Fernand Voisin, avec qui il est toujours en contact. Ni la tête de ses professeurs quand il leur a annoncé qu'il irait présenter ses résultats à ceux qui l'avaient aidé, à l'île d'Yeu. "On m'a dit que cela ne se faisait pas, sourit-il. Souvent, le scientifique ne se soucie pas de partager ses résultats, mais il devrait, je crois. Cousteau avait ce souci de restitution, de partage".


CARNETS DE PLONGÉE

En 1985, alors qu'ils viennent de se rencontrer, le célèbre commandant convainc le jeune océanographe de partir pendant deux mois sur la Calypso, direction Haïti. Il n'en reviendra pas indemne. "On est allé plonger dans des endroits où personne ne retournera jamais, estime Sarano, qui a travaillé comme plongeur, conseillerscientifique et chef de mission pendant treize ans avec l'équipe Cousteau. Lasurface des océans, c'est 360 millions de kilomètres carrés. Lors d'une plongée, on couvre au maximum un hectare. Si l'on devait marquer sur une mappemonde les endroits que l'on a explorés, cela ne se verrait même pas." Plus récemment, il a mis son savoir-faire au service de Jacques Perrin et Jacques Cluzaud pour leur film Océans, sorti en 2010. "On a travaillé ensemble pendant huit ans, cela m'a permis de redécouvrir l'océan car, à force de disséquer, je n'avais plus une vue d'ensemble", raconte le plongeur, toujours humble. "Sans lui, notre film n'aurait pas été ce qu'il est, dit de son côté Jacques Perrin, dithyrambique. Bien souvent, nous avons organisé des débats d'une heure avec le public après la projection du film. Au bout de vingt minutes, toutes les questions s'adressaient à Sarano et c'est avec bonheur que nous le laissions parler", s'amuse-t-il.

De toutes ses expériences, Sarano a tiré plusieurs ouvrages, dont le très beauRencontres sauvages (éditions Gap, 2011), où il revisite ses carnets de plongée, moult croquis et photos - les siennes et celles de son épouse, également océanographe - à l'appui. Ces rencontres sauvages font l'objet d'une exposition, à l'Aquarium de la porte Dorée, à Paris, et bientôt à Montpellier. Sarano est aussi un conférencier recherché. Mais, qu'il s'agisse d'un public d'enfants ou de chefs d'entreprise, son matériel pédagogique est toujours le même : un disque dur avec une galerie de photos et de films de ses créatures marines, qu'il projette en fonction des questions. "Je ne connais rien aux techniques de management, dit-il,mais j'ai découvert que pour réaliser un film sur les requins blancs, on suit les mêmes procédures que celles que les managers souhaiteraient appliquer en entreprise. C'est un énorme travail d'équipe, où chacun doit se sentir impliqué. Et heureux."

 

Article provenant du site du journal Monde science

Autre site passionnant à visiter concernant les carnet de François Sarano : Scuba-people.com le réseau social de plongée

 

FS-01.jpg

FS-01BIS.JPG

FS-02.jpg

FS-03.jpg

FS-04.jpg

FS-05.jpg

 

 


 

Partager cet article

Repost 0
Published by ecolesfm.over-blog.com - dans Portraits du mois
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Blog de l'école de la Société Française de Morphopsychologie
  • : Blog favorisant l'interactivité entre les étudiants en morphopsychologie et l'école, ainsi qu'auprès de la Société Française de Morphopsychologie.
  • Contact

 

BIENVENUE SUR LE BLOG


DE L'ECOLE DE LA SFM

 

 

 

Photo du mois

RTR2Y1NG-jpg_184224.jpg

Code de déontologie


logo sfmLes Membres diplômés de la SFM s’engagent à observer en toute occasion les règles essentielles de déontologie qu’exige nécessairement leur qualité de morphopsychologue.

Dans la pratique individuelle, ils se doivent de respecter la personnalité des individualités qu’ils étudient, s’interdisant absolument de réaliser une étude morphopsychologique à l’insu de la personne concernée, ne devant intervenir qu’à sa demande ou avec son accord. Ils doivent d’autre part veiller à toujours formuler leur appréciation en termes clairs, appréciation qui ne doit pas se résumer à des remarques critiques mais qui puisse être perçue par le sujet comme une aide et un témoignage de compréhension profonde.

Ils sont soumis à la règle du secret professionnel le plus absolu. La publication ou la communication, à des tiers, d’une étude ne peut se faire qu’avec l’accord de la personne concernée. Conscients de la portée de leur savoir, ils doivent adopter une attitude de réserve et se garder de tout abus.
 
Ils s’engagent à poursuivre leur perfectionnement, à titre personnel et/ou professionnel par tous les moyens appropriés.
Dans leurs relations publiques, ils se doivent de veiller au maintien du niveau scientifique atteint par la morphopsychologie et se référer toujours, dans les exposés écrits ou verbaux qu’ils en font, à l’enseignement du Dr CORMAN et à la SFM dont ils sont diplômés.

Ils sont responsables de l’image qu’ils donnent de la morphopsychologie au public et plus particulièrement aux médias, devant notamment refuser leur collaboration à toutes publications ou émissions qui ne donnent pas une suffisante garantie de sérieux en raison de leurs objectifs, de leur niveau et du public recherché.
La SFM ne peut en aucun cas être engagée sans son accord par ses membres.

L’exclusion d’un membre diplômé de la SFM peut être demandée par le Président ou l’un des membres du Conseil d’Administration, s’il est établi que ce membre a gravement contrevenu à ces règles.

« NON PAS JUGER MAIS COMPRENDRE »

 


 

Ci-dessous les articles parus sur le blog

du plus récent au plus ancien